paysage_edited.jpg

LA PRISE EN CHARGE

Critères minimaux de participation :

1. Si un des deux parents (ou les deux) est de nationalité marocaine, nous ne pouvons travailler avec le/la jeune car sur le territoire marocain, il/elle est considéré.e comme marocain.e (même s'il/elle a une carte d'identité belge!) et il serait impossible de l'extrader en cas de délit commis sur place.   

"Extrait du DAHIR : Article 6 : Nationalité par la filiation

Est Marocain :          

a. L'enfant né d'un père marocain ;

b. L'enfant né d'une mère marocaine et d'un père inconnu."

2. L'accueil au sein de familles n'est pas compatible avec la prise en charge de jeunes ayant commis des faits de mœurs.  Pour rappel, le/la jeune va vivre loin, 10 semaines sans contacts directs avec sa famille ou ses amis (pas de GSM, pas d'internet) et être accueilli par périodes de plus ou moins 15 jours dans des familles marocaines où résident d'autres enfants.  Il/elle sera amené.e à se rendre utile auprès d'associations telles qu'un orphelinat, une école pour enfants porteurs de handicaps mentaux , un centre de jour pour enfants autistes ou encore un centre de formation pour femmes. 

Afin d'éviter au/à la jeune un échec supplémentaire dans son parcours, différents points seront donc évalués avec vous lors de notre prochain contact : 

  • Capacité intellectuelle suffisante pour pouvoir comprendre le projet et trouver les ressources pour s'adapter sur place (introspection). 

  •  Sécurité interne suffisante pour pouvoir s'adapter à la rupture et créer un lien suffisant avec les familles.

  • Équilibre psychique et émotionnel suffisant pour ne pas risquer de passages à l'acte agressif, de tentatives de suicide ou de tout comportement à risque lié à la perte de lien avec la réalité.

  • État physique ne présentant pas de contre-indication et notamment pas de toxicomanie risquant d'entraîner un état de manque sur place. 

  • En cas de médication, limitation de la médication au long cours, bien gérée par le/la jeune ne nécessitant pas de médication de crise.

  • Volonté minimale du/de la jeune à participer au séjour de rupture ou au moins au rendez-vous d'admission. 


Si ces critères sont remplis, un rendez-vous d'admission est proposé.  Si par ailleurs vous estimez que la candidature ne rentre pas dans ces critères, ou qu'elle devenait obsolète, il nous serait vraiment utile que vous nous préveniez.